Le gène PIK3CA

La cause génétique  du syndrome MCM et d’autres syndromes hypertrophiques a été identifiée en 2012. Il s’agit d’une anomalie du gène PIK3CA.
 PIK3CA est un régulateur de la prolifération cellulaire. Des anomalies génétiques de PIK3CA dans ces pathologies mènent à une hyperactivité de PIK3CA, qui est responsable de l’hypertrophie.
Ces anomalies génétiques sont dites « post-zygotiques », c’est-à-dire qu’elles apparaissent (de façon fortuite) au cours du développement de l’embryon. Le résultat est une personne dite « mosaïque », c’est-à-dire qu’elle est composée d’un mélange de cellules atteintes et de cellules normales, ce qui peut donner une hémi-hypertrophie. Si l’anomalie se trouve dans des cellules du cerveau, il peut y avoir une mégalencéphalie (ou hémi-mégalencéphalie). Si l’anomalie est dans le doigt, une macrodactylie. Ou encore, dans le bras, un bras plus développé que l’autre. Ainsi, en fonction de l’atteinte cellulaire, l’enfant affecté par M-CM peut avoir plusieurs malformations congénitales, ou des croissances excessives à des endroits différents du corps ou du cerveau.
La voie que régule PIK3CA (voie PI3K-AKT-MTOR) a été beaucoup étudiée en recherche, surtout dans le contexte du cancer. Il existe des molécules permettant de freiner l’hyperactivité de cette voie causée par une anomalie génétique. Ces molécules ne sont aujourd’hui pas encore utilisées pour traiter des patients avec une anomalie de PIK3CA.
En revanche, c’est une réflexion sur laquelle travaillent actuellement les chercheurs.